Wednesday, March 5, 2014

Le Comble!




Les images contenues dans la video ci-dessous qui, filmée il y a moins d'une semaine, sont choquantes, mais il faut les voir pour y croire.

Nous sommes dans le centre-ville de Dakar, actuelle capitale du Sénégal, ancienne capitale de l'AOF.

Nous sommes à Dakar-Plateau, quartier au métre carré le plus cher du Sénégal, quartier des affaires gouvernementales, financiéres et diplomatiques.

Dakar, que chantait John Coltrane. Dakar, la ville des escapades de Wangrin dans le roman classique d'Ahmadou Hampaté Ba. Dakar, le" personnage" des films cultes d'Ousmane Sembéne et de Djibril Mambéti, qui accueillit le monde ses arts et lettres lors du Premier Festival Mondial des Arts Négres de 1966.




Au centre ville de Dakar, à Dakar-Plateau, ce quartier cosmopolite naguére fleuron de l'Afrique, s'est installée une situation désastreuse et alarmante, avec, malheureusement, la bénédiction et l'assistance au forceps de la Ville de Dakar: des structures informelles de commerce de produits artisanaux et d'articles de commerce contrefaits qui défient toutes les lois sur l'environnement, sur l'assaissinissement et les droits des citoyens.

D'ailleurs, Mme Habibatou Diallo, Présidente de la Chambre administrative la Cour Suprême du Sénégal a, par ordonnance, fustigé cette pratique municipale, en faisant droit à la requête des habitants de Dakar-Plateau, aux fins de désigner un expert pour faire l'étude d'impact environnemental du projet de recasement sur la rue Mass Diokhané.

Nous sommes dans l'attente du dépot du rapport de l'expert désigné par la Cour Suprême, en ce qui concerne le site prévu sur la rue Mass Diokhané.

C'est à grace à une forte mobilisation citoyenne, pacifique et démocratique  (lettres de protestation, pétitions de plusieurs centaines de signatures, campagne media, procédure judiciaire etc...) que nous avons pu éviter le calvaire que vivent malheureusement d'honnêtes et paisibles citoyens victimes de l'installation sauvage de trois aures "sites de recasement provisoire" sur l'avenue Peytavin et sur l'avenue George Pompidou, devenu village nocturne de lépreux, et territoire de "bujumen"!

Aprés la malencontreuse décision municipale d'installer "provisoirement", c'est à dire pour 6 mois, ces "machins sales" appelés "sites de recasement provisoire" dans notre beau quartier de Dakar-Plateau, les résultats sont là, dont le plus ridicule est que ces machins dits "provisoires" sont encore sur ces sites empruntés presque de force à des propriétaires intimidés, depuis bientot un an!



L'impact environnemental de ces immondes installations bâchêes, dits sites de recasement provisoire indignes de Dakar-Plateau, ne s'est pas fait attendre:

- pollution, pollution, pollution....

-Saleté, bruit, harcèlement, occupation privée de la voie publique, chants nocturnes, mendiants, enfants exploités, commerce illicite de produits contrefaits, etc...

Tout cela sous couvert d'une administration municipale de Dakar!

 Une insulte aux notions élémentaires d'assainissement, d’hygiène, d'aménagement et de civilités urbaines.

 Un affront aux populations stoïques de Dakar-Plateau


Mais le comble est assurément atteint lorsque ces marchands installés par décision arbitraire de la Ville de Dakar sur des propriétés privées, se mettent- faute de toilettes adéquates en nombre suffisant sur le site "provisoire"- à faire leurs besoins dans des....sacs en plastique, pour ensuite balancer ces sacs contenant leurs excréments dans la cour des voisins de l'immeuble de la SAR sis à l'avenue Jean Jaurès!

Les pauvres habitants de l'immeuble de la SAR, pour la plupart des cadres africains de la BCEAO ne savent plus à quel saint se vouer.




Il ne leur a pas suffi de faire de Dakar une ville bidon; ils sont entrain d'en faire un bidonville, et une bombe sanitaire à retardement..

Dakar se souviendra à l'heure proche du bilan de ces politiciens pollueurs.

En attendant, le Collectif Renaissance Dakar-Plateau reste vigilant, et étudie les voies et moyens légaux de faire cesser cette nuisance intolérable dans un Etat de Droit.



www.facebook.com/rendakpla