Tuesday, March 11, 2014

L' AIJA et la Magie de Dakar






Il y a plus d'un quart de siècle, Dakar abritait la première rencontre internationale de jeunes avocats sur le continent africain. Voici le compte rendu qu'en avait fait Maître Francois Ruhlmann, du Barreau de Strasbourg.

L'idée avait germé depuis le congrès d'Helsinki, de manifester de façon plus concrète et éclatante le caractère international et mondial de notre association par une première halte en Afrique.

Elle a pris corps sous la présidence de notre déterminé Président Murray Levin.


Le Délégué Présidentiel pour le Sénégal, notre ami Bara Diokhané, efficacement entouré d'un groupe de brillants confrères et d'adorables consœurs désormais membres de l'AIJA, a su transformer cette visite à un nouveau continent en un succès éclatant et un moment qualifié d'historique par l'Association des Jeunes Avocats Sénégalais réunis dans le même temps au Palais de Justice de Dakar dans le cadre des festivités célébrant son dixième anniversaire, en présence des plus hautes autorités judiciaires du Sénégal, et du Maire de Dakar, Mr Mamadou Diop.




Les membres du Bureau Elargi présents ont découvert, au delà des chatoiements et des bontés d'une Afrique enchanteresse et chaleureuse, un jeune barreau dynamique, résolument tourné vers l'avenir.


L’inquiétude de la rencontre avec un nouveau monde une fois dissipée et le premier contact dépassé, chacun plongea avec passion dans les bras tendus et affectueux de l'Afrique pour s'y laisser bercer le temps trop court d'un long weekend vite devenu instant privilégié de co-naissance et d'éternité partagées.


Une hospitalité généreuse et une curiosité réciproque mêlée de respect ont été de tous les instants.




L'ensemble des repas pris en commun, dans des sites baignés de soleil et de douceur, au bord du Lac Rose, à l’Île de Gorée et au Lagon ou dans des cadres traditionnels africains ont donné lieu à des échanges passionnants et à la prise de parole successive, empressée et souvent émouvante de tous et de chacun, entre la dégustation de mets succulents et originaux.


Les quelques moments de répit disponibles dans un programme dense et équilibré ont été consacrés à une visite de Dakar et de ses environs, reflets chargés de symboles d'une Afrique ancestrale et d'un continent en pleine émergence.


Les soirées et les nuits ont toutes été chaudes, au sens propre comme au figuré, et se sont terminées, dans des lieux réservés à l'AIJA ou totalement cosmopolites, dans un grand bain d'amitié voire de folie contagieuses, au son des tam-tam et au rythme des danseuses du mondialement célèbre Doudou NDiaye Rose, ou de la voix suave de Mahawa Kouyaté, chanteuse de réputation internationale, spécialement invités pour l'AIJA.



Mais ne penser qu'à la joie du corps et des sens serait sans doute oublier ce qui fut l'essentiel: l'harmonie des esprits et des cœurs.



La marque définitive de l'ouverture à un nouveau continent, une démarche de compréhension et de dialogue mutuels, la confiance et l'amitié de nos confrères Africains, une volonté de l'AIJA d'accompagner, dans toute la mesure de ses possibilités, l'évolution du Barreau Sénégalais et des Barreaux Africains vers leur pleine maturité dans la création vraisemblable d'une AIJA inter-régionale susceptible de se réunir bientôt au Cameroun ou en Mauritanie.


Ce serait occulter aussi la prise de conscience des besoins spécifiques de l'avocat Africain, mais surtout le fait que ses problèmes et son idéal ne sont pas essentiellement différents de ceux du parfait Avocat, pleinement compétent et profondément humain que l'AIJA voudrait inspirer en modèle.


L'avenir de la profession est Un, même si cette unicité est riche de mille contrastes.


Nous devons tous y travailler, ensemble, d'une même pulsation et d'un même esprit.




A bientôt, comme le projettent déjà nos amis d'Afrique, un Comité Exécutif ou un Congrès sous le chaud soleil et dans le rayonnement ardent, loyal et amoureux des terres africaines.




L'Afrique, et plus particulièrement les jeunes avocates et avocats sénégalais ont bien mérité de l'AIJA:


De l'avis de tous ceux présents à Dakar, de mémoire d'ancien jeune avocat, la réunion de février 1987 à Dakar a été la plus belle et la plus fidéle à l'esprit pionnier de l'AIJA.




Nous reviendrons.....Nous sommes attendus et serons à jamais bienvenus, dans le pardon et l'oubli des erreurs coloniales et l'expression accomplie de l’Âme Africaine, avec Amour.




François Ruhlmann

Avocat 
Strasbourg

AIJA: Association Internationale des Jeunes Avocats
Crédit Photos: James Leite
www.facebook.com/rendakpla