Monday, March 17, 2014

L' Avocat et les Droits Humains. (Part 1)







Extraits Discours prononcé par Mr Robert Badinter, Garde des Sceaux au 22e  Congrès de l'Association Internationale des Jeunes Avocats. Bordeaux 1984

Pour parler des rapports de l' Avocat et les Droits Humains, mieux vaut dire les choses clairement: les Droits Humains, qu'est ce?

Eh bien, je vais utiliser un terme qui, curieusement,  semble avoir singulièrement la défaveur en ce moment d'une partie du public,  voire même de certains intellectuels: les Droits Humains,  au départ,  c'est une idéologie,  c'est une éthique en même temps qu'une conception du monde, c'est, à ce dernier titre une idéologie. 

Il en est de bonnes et de mauvaises, mais s'il n'y avait plus d'idéologie en ce monde, à quoi d'une part serviraient les intellectuels et vers quoi d'autre part tendraient tous ceux qui peuvent se faire une conception différente et meilleure du monde?

Donc une idéologie, et une idéologie qui a cette caractéristique d'être fortement empreinte d'éthique.

Les Avocats n'y ont pas été, du moins dans la formulation d'origine, tout à fait étrangers.

Jefferson, vérification faite, avait été avocat au barreau de Virginie. Par conséquent,  nous pouvons dire avec quelque assurance que la première Déclaration des droits humains qui a vu le jour en Occident a été pour l'essentiel écrite par un avocat qui ensuite, évidemment, s' était consacré à la politique et aussi, il faut le dire, à la plantation.

En 1789, dans le comité de rédaction - j'ai interrogé tout à l'heure le Bâtonnier Favreau pour confronter mes vues historiques avec les siennes, car nous n’étions pas absolument assurés du nombre d'avocats qui ont œuvré dans le sein du comité de rédaction, et n’étions même pas tout a fait d'accord sur le nom du responsable principal: il en tenait pour Mirabeau pour l'excellence de sa plume, moi je suis convaincu que c'est le Duc de la Rochefoulcaud Liancourt qui a écrit: " Tous les hommes naissent libres et égaux en droit".

Il est aussi certain que dans la Constituante de 1789,  la représentation des avocats se trouvait être plus forte qu'à aucun moment de  notre histoire.

Quand j'entends parfois dire par certains hommes politiques qu'il est "discraciozo" d'être avocat quand on est au moins Garde des sceaux,  je rêve en pensant aux ancêtres de 1789 et je ne reprendrai pas la longue liste républicaine.

Donc, dès l'origine, il y a ce rapport très significatif entre les Avocats et les Droits Humains et - marquons dès le départ - cette simple constatation pour celui qui veut bien relire un instant le grand texte, qu'au rang des Droits humains figurent les principes essentiels des droits de la Défense .

 Dès l'origine, les droits de la défense apparaissent comme une expression des droits humains, assurément comme une de leurs garanties les plus fortes, car la présomption d'innocence,  le droit au procès public,  l'interdiction d'être arrêté en dehors de contrôle par le magistrat, et plus tard,  l'assistance de l'avocat indépendant et librement choisi., tout cela, tous ces droits de la défense et je pourrais en trouver d'autres,  sont autant d'expression des Droits Humains.

Donc, affinités  historiques mais si on me permet de le dire, affinités fonctionnelles,  liaison nécessaire,  indissociable.

A suivre...