Wednesday, October 30, 2013

SAGA SANDAGA



SAGA SANDAGA


Dans une récente déclaration sur le site de l'incendie du marché Sandaga, Mr Pape Diop ancien maire de Dakar, nous apprend qu'il avait lui-même, en 2008, fait le constat, accompagné d'une équipe de la télévision nationale, du danger imminent; Mr Diop dit avoir envoyé son rapport au président Abdoulaye Wade, avant d'être appelé à des fonctions plus prestigieuses: président de l'assemblée nationale, puis président du sénat ( deuxième personnage de l'Etat dans l'ordre protocolaire, après le père et le fils qui ne faisaient qu'un.. )
Manifestement ce rapport, comme tant d'autre rapports sous l’ère Wade, ne fut pas suivi des mesures idoines. Au contraire, une insupportable anarchie s'ajouta au cocktail de pollution, d'insalubrité et de délinquance.
Depuis un certain conseil des ministres du gouvernement du Sénégal tenu en octobre 2013, les choses s'emballent.
Que le conseil des ministres inscrive la question du marché Sandaga au premier point de son ordre du jour est étonnant, mais assurément un bon signe pour Renaissance Dakar-Plateau, dont la lettre ouverte adressée au maire de Dakar quelques jours auparavant le suppliait de nous préserver " du Joola bis que constitue le marché Sandaga."
Depuis lors, le préfet de Dakar a pris un arrêté portant fermeture du marché Sandaga.
En fait cela fait au moins vingt ans que la dangerosité de ce bâtiment historique a été constatée, et des solutions pertinentes proposées. Le seul bien, mais combien appréciable, qui a été fait à ce bâtiment depuis le temps est de l'avoir classé patrimoine historique.
Une semaine plus après la fermeture du marché par mesure administrative urgente, un incendie est déclaré. Mr Diop, ancien maire, revenu dans l'opposition, soupçonne une main criminelle derrière l'incendie. " Ce n'est pas gratuit", dit-il.
Une décision préfectorale de "recasement provisoire" des marchands sur un terrain situé en face du palais de justice est annoncée.à travers les media. De quoi faire sortir le juge Kanji, premier président de la cour d'appel, de sa réserve légendaire. "Inadmissible! Manque de respect vis a vis du pouvoir judiciaire!".
Devant la menace du corps judiciaire en entier d'observer un arrêt de travail, il est aussitôt procédé au démantèlement du "marché provisoire.
Intervient le ministre de la justice,  avocat de profession, pour annoncer le redéploiement des marchands sur le site des champs de course/4C, en fait deux sites proches mais distincts. Lequel vraiment de ces deux sites? En tous cas, aux dernières nouvelles, ni les populations de la Médina, ni les marchand déguerpis ne veulent de ce site des champs de course.
.
La Saga Sandaga continue...


Bara Diokhané
www.facebook.com/rendakpla