Saturday, October 26, 2013

COMBIEN COUTE DAKAR?

 par Sylvette Maurin

Combien "coûte" la ville de Dakar ! Bon sang de bon sang, si je pouvais, je l'achèterais en entier, du nord au sud, de l'est à l'ouest... Je rénoverais tout, je conserverais tout, je nettoierais tout, je laisserais les arbres et les baobabs, je planterais des flamboyants partout, je construirais des jardins d'enfants, des espaces verts, des bassins, des jets d'eaux, pas trop, je mettrais de l'éclairage photovoltaïque partout, je nettoierais toutes les rues, tous les trottoirs, je construirais des supers marchés chouettes et sympathiques partout où cela serait possible, sans que cela ne dérange les riverains, je construirais des maternités, des centres de planning familial, des orphelinats, tout, tout, tout, des jardins d'enfants, des crèches, des écoles, des collèges, des lycées, je garderais toutes les anciennes constructions, et là où cela ne serait vraiment plus possible, je ferais construire des immeubles, pas trop hauts, avec de super beaux matériaux, et qui soient adaptés au climat de la presqu'île... Oh N'Dakarou, N'Dakarou, si je pouvais, je t'achèterais en entier et je ferais de toi la reine des villes de cette planète, la plus belle, la mieux lotie, la mieux dotée, je te ferais des robes de mariées de toutes les couleurs, je te projetterais sur tous les écrans du monde, pour montrer comme tu es belle, avec tes corniches, à l'est, à l'ouest, et tes plages et criques magnifiques, et tes recoins secrets, cachés, dissimulés, camouflés, ton océan qui lèche tes rivages, tes vagues blanches, tes falaises de basalte, tes rites, tes secrets, tes légendes, tes modernités ! N'Dakarou, N'Dakarou, comment peut-on te laisser ainsi basculer, d'année en année. Je t'aime, ma ville, ma belle cité atlante, je t'aime tant ! Que les Mamiwatas te protègent ! Amine.