Tuesday, January 10, 2017

Mor Faye: Série Sans-Titres. Skoto Aghahowa

Mor Faye: Série Sans -Titres
Oeuvres sur papier 1969-1984
26 Janvier-11 Mars 2017

Cela fait plus de vingt-cinq ans, depuis l’ historique exposition rétrospective posthume de
l’oeuvre de Mor Faye  en 1991, à la galerie 39 à Dakar, au Sénégal, et sa participation ultérieure à l’exposition «Fusion: Artistes de l’Afrique de l’Ouest à la Biennale de Venise» organisée par le Museum for African Art, New York en 1993 , qui a aidé à introduire son travail à un public plus large dans le monde - c’était une période où presque personne ne connaissait son travail , où on ne savait d’ailleurs même pas que l’Afrique avait quelque chose appelé la culture contemporaine. Depuis lors, cela a beaucoup changé et cette exposition nous permet de reprendre les oeuvres de Mor Faye, mais avec des yeux frais, dans le contexte de nouvelles réalités autour de la prise de conscience croissante de l’art africain contemporain, ainsi que la réalisation et les histoires de modernisme qui change constamment à mesure que son ampleur globale et ses particularités locales sont révélées. De plus, Dakar, ville de naissance de l’artiste, continue de fournir une plate-forme vitale pour l’art contemporain sur le continent africain et sa diaspora depuis la création de Dak’art: Biennale de l’art contemporain africain en 1992. C’est l’évènement artistique le plus important en Afrique.
Mor Faye (1947-1984) était un artiste polyvalent et complexe dont la capacité d’exprimer une existence intérieure vive, a été reflétée constamment tout au long de sa carrière, tout en s’ouvrant simultanément à certaines des questions plus importantes de notre époque. Pendant quatorze ans, il étudie l’art sous le célèbre moderniste Iba Ndiaye aux Écoles des Beaux-Arts de Dakar où il obtient son diplôme en 1964, et d‘éducation artistique en 1966. Comme la plupart de ses contemporains à l’École de Dakar, il a absorbé les principes de la négritude culturelle, idéologie adoptée par le président Léopold Sedar Senghor, poète sénégalais et théoricien culturel, en devenant un des artistes principaux du Festival Mondial des Arts Nègres à Dakar, à l’âge de 19 ans. C’était un artiste particulier, doué et torturé par une sensibilité délicate et des démons internes.
Malgré son combat très médiatisé contre la maladie mentale et l’hospitalisation intermittente, il est resté philosophiquement et stylistiquement un internationaliste dont le travail reflète son approche intégrative de la vie et de l’art. Christa Clarke, dans son essai perspicace dans le catalogue accompagnant l’exposition individuelle à la Banque mondiale, à Washington DC en 1997, a déclaré à juste titre: “ En tant qu’artiste, Mor Faye a absorbé et engagé le monde extérieur, en tirant sur une multitude de sources, mais en affirmant qu’il n’y avait aucune allégeance. Plutôt que les images centrées sur l’intérieur d’un reclus solitaire, l’art de Faye relie l’expérience personnelle au monde plus vaste, révélant une réalité á couches multiples. Ses œuvres sont riches de significations aussi bien que de métaphores, elles transforment la réalité observée, et pourtant restent désintéressées dans la création d’une simple description de cette réalité, en donnant plutôt la priorité à la représentation de l’idéal”.
Depuis sa mort en 1984 à l’âge de 37 ans, la réputation de Mor Faye en tant que génie artistique troublé a atteint des proportions mythiques. Artiste prolifique, il a vécu une vie courte mais très productive et a laissé derrière lui un riche ensemble de travaux qui contribueront à libérer et à enrichir la pensée contemporaine en Afrique. Son travail nous encourage à embrasser une définition plus large de la modernité. Enfin, il est tout à fait approprié que cette exposition coïncide avec le 25e anniversaire de la Skoto Gallery, un espace créé pour mettre en valeur le meilleur de l’art africain contemporain dans le monde de l’art de New York. Nous invitons notre public à se joindre à nous pour célébrer la magie de l’art de Mor Faye.

Skoto Aghahowa